Un Conseil municipal solidaire

27 novembre 2020

Alors que la crise sanitaire ne s’est pas encore estompée, le Conseil municipal, en assemblée ce 26 novembre, a tenu une nouvelle fois à témoigner de sa solidarité envers les professionnels durement touchés, essentiellement les commerçants. D’autres délibérations structurantes pour la Ville sont venues s’ajouter à l’ordre du jour telle que le soutien actif aux associations.

Covid-19 : 100 000€ de mesures pour les professionnels impactés

Comme ce fut le cas lors du premier confinement, le Conseil municipal a voté la reconduction de mesures de soutien pour les commerçants, artisans et acteurs associatifs qui n'ont pu poursuivre leur activité à compter de début novembre. C'est ainsi que les commerçants fermés durant le confinement  seront exemptés de redevances d'occupation du domaine public pour les mois de novembre et également pour la totalité du mois de décembre.

Si certains devaient malheureusement rester fermés en janvier, ils bénéficieraient également des mêmes exonérations et abattements sur la totalité du mois, afin de les aider dans le redémarrage de leur activité, comme cela avait déjà été le cas lors du deuxième trimestre de 2020.

Les artisans d'art, mais également les associations qui sont hébergés dans des locaux municipaux seront pour leur part exemptés de loyer durant les deux derniers mois de l'année. 

Christelle Plantavin, adjointe au Commerce déclare : « Nous sommes proches des commerçants en cette période difficile. Des mesures ont été prises et des outils développés. Parmi les actions concrètes qui ont été mises en place : un annuaire des commerçants, un service livraison à destination des plus fragiles, et un appui logistique aux pharmacies dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. »

Gérard Charlier de Vrainville, adjoint à l’attractivité du territoire, précise pour sa part : « la délégation économique de la CAVEM se mobilise avec l’aide de  M. le Maire qui a mis à disposition six agents. Il faut savoir qu’il existe 75 aides de l’État et nous avons formé nos équipes à ce qu’elles puissent répondre au mieux aux attentes des entreprises. Nous avons téléphoné à chacune d’entre elles. Je pense qu’il y a peu d’agglomérations qui font un travail aussi poussé. »

Quant aux établissements de plage de la Base nature, de Fréjus-Plage et de Saint-Aygulf qui sont ouverts hors saison touristique, ils seront exemptés de la redevance annuelle et complémentaire sur novembre et décembre.  Au total, ces exonérations représentent un montant global de l’ordre de 100 000€.

En parallèle, le Conseil municipal a tenu à exonérer la société GARIG de la redevance d’affermage* à hauteur de 45 000€ pour l’exercice 2019-2020, compte tenu de la dégradation de son activité de production et de livraison des repas municipaux.  GARIG est le prestataire (par délégation de service public) de la ville de Fréjus en matière de restauration collective.

Appui à la culture : 30 000€ pour le cinéma « Le Vox »

 Alors que le secteur culturel est également durement impacté par la crise sanitaire, le Conseil municipal a souhaité faire un geste à l’endroit du «Vox », cinéma d’art et d’essai de Fréjus. Soucieux que ce cinéma continue de fonctionner et compte tenu de l’intérêt public local, le Conseil municipal a décidé de lui attribuer une subvention exceptionnelle de 30 000€.  

Un soutien accru aux associations

Dans le cadre du soutien de la Ville à la vie associative, le Conseil municipal a de nouveau adopté plusieurs conventions de mise à disposition de personnel municipal auprès de différentes associations : Amicale du Personnel Communal, Centre social et culturel de l’Agachon, Tennis Club Gallieni et Fréjus Var Volley.  Ces mises à disposition, à temps plein ou ponctuelles, aident ces structures à proposer de nombreuses activités et opportunités d’investissement personnel. 

En parallèle, le Conseil municipal a approuvé plusieurs conventions pluriannuelles d’objectifs et de moyens afin de faciliter le quotidien des associations, notamment par l’octroi de subventions, la mise à disposition d’espaces municipaux, de matériel et/ou de personnel communal.

Enfin, dans le cadre de la conclusion de la convention partenariale pluriannuelle (2020-2022) avec l’Etat, la Caisse d’allocations familiales du Var, la CAVEM, la ville de Saint-Raphaël, la ville de Fréjus participe à hauteur de 40 000€ et met à disposition du Centre Loisirs Jeunesse, à temps plein, sur toute la période estivale, deux éducateurs sportifs ainsi que deux animateurs.

Depuis sa création, le Centre de Loisirs Jeunesse (CLJ) organise, chaque été sur ses sites de Fréjus et de Saint-Raphaël, un accueil collectif de mineurs (ACM) déclaré auprès des services de l’État, qui propose à tout jeune de 12 à 18 ans du territoire de la CAVEM, et plus particulièrement à ceux résidant en quartiers « prioritaires», des activités sportives, culturelles et citoyennes.

 Renouvellement des Conseils de quartier

 Ville de proximités, Fréjus accorde une place essentielle à la démocratie locale. Relais directs entre la municipalité et les habitants, les conseils de quartier sont renouvelés tous les trois ans. Au nombre de 11, ils ont vocation à donner la parole aux Fréjusiens et à faire remonter leurs idées pour améliorer le quotidien des quartiers.

Le précédent mandat arrivant à échéance en novembre 2020, un appel à candidatures avait été lancé via différents supports de la Ville suscitant beaucoup d’enthousiasme puisque plus de 250 personnes s’étaient portées candidates.

Le Conseil municipal a donc entériné la composition des 11 conseils de quartier, chacun composé de trois collèges (personnalités représentatives, associations locales et habitants) : « ce sont des bénévoles qui réalisent des tâches pas toujours faciles et je tenais à souligner leur engagement » a indiqué Charles Marchand, adjoint à la Vie des Quartiers. « En outre, nous avons modifié la composition du 3e collège afin d’associer davantage d’habitants, qui passe de fait de 6 membres à 8 membres maximum », conclut-il.

 

 

*  L'affermage est le contrat par lequel le contractant s'engage à gérer un service public, à ses risques et périls, contre une rémunération versée par les usagers. Le concédé, appelé fermier, reverse à la personne publique une redevance destinée à contribuer à l'amortissement des investissements qu'elle a réalisés.

 

 

 

Classé dans
Actualité générale