Valenti, Schropfer, Zilali : retrouver grand air et nature au plus vite !

06 avril 2020

Pas évident quand on est adepte des longues courses au grand air, hiver comme été, de se résoudre à rester à la maison ! Il en est ainsi de trois des plus brillants athlétes fréjusiens, Stéphane Valenti, Akim Zilali ou encore le tout jeune Hugo Schropfer.

Le premier, ex-champion du monde de duathlon, reconverti dans les courses de fond comme le marathon, et également très à l’aise sur les cross hivernaux (champion de France Masters 1 il y a un an). Le second, plus amateur de demi-fond – sa spécialité reste le 3000 m steeple – et souvent à la lutte avec son compère Valenti sur les cross. Le troisième, double champion du monde cadets de course en montagne l’été dernier (individuel et par équipes) et qui, lui aussi, une fois l’hiver venu, se montre à l’aise dans les chemins de terre et de boue…

Les ambitions tuées dans l’œuf
aux “France“ de cross hivernal

Pour les uns comme pour les autres, les fourmis dans les jambes sont bien présentes. Pour tromper cela, combler le manque, Steph Valenti partage un peu d’entretien physique at home avec ses filles comme le montre la vidéo du Rendez-vous sportif de la semaine en rubrique AGENDA (lien >>>) puis, « dans l’heure de sortie qui nous est autorisée pour une activité physique, j’ai la chance de pouvoir m’échapper facilement de chez moi et me retrouver immédiatement en pleine nature. Avec un objectif, travailler mes points faibles ».

L'esthète Stéphane Valenti ne se relâche pas, et en profite même pour faire de l'entretien physique avec ses filles (© photos extraites de la vidéo de Stéphane Valenti)

Car Stéphane Valenti est plutôt du genre effort endurant (140 km de course semaine environ), donc « j’en profite pour travailler ma force, ma vitesse. Une heure c’est vite passé, donc c’est plutôt un effort intense à ce niveau ».

Valenti dépanne Zilali…

Akim Zilali, lui, reste dans le périmètre de son domicile. « Pour moi qui aime la nature, c’est plutôt difficile. Mais ces deux footings hebdomadaires en extérieur viennent compléter mes exercices à la maison. Steph (Valenti, Ndlr) m’a prêté un home-trainer. J’étais un peu en galère et ça me sauve la vie. Avec trois séances semaine, je suis devenu un cycliste pro (rires). Enfin, je termine avec une séance de renforcement musculaire. »

 

Avec le home-trainer que lui a prêté Steph Valenti, Akim Zilali continue de s'entraîner at home... (photo © DR Akim Zilali)

Pour le tout frais junior depuis cette saison, Hugo Schropfer, le confinement est difficile. « Je reste cloîtré chez moi, je cours un peu devant ma résidence, je fais surtout du renforcement musculaire. » Pour ce futur bachelier (lire plus loin), amoureux de la nature et des courses hors stade (« trails, cross, course en montagne, tous ces formats m’intéressent »), l’attente est encore plus longue…

Une saison et des objectifs chamboulés

Surtout, les uns comme les autres avaient plutôt bien entamé l’année 2020 par la série de cross hivernaux et divers championnats locaux et régionaux qui devaient les mener tous les trois aux “France“ de cross à Montauban début mars. Une compétition finalement annulée au dernier moment. Chacun des trois, pourtant, y nourrissait de légitimes ambitions : Valenti, pour y « défendre mon titre de champion de France masters acquis l’an dernier », Zilali avec des objectifs après « ma 9e place aux Interrégionaux d’Opio fin février », ou encore Schropfer, « vice-champion interrégional derrière Loris (Lala, autre licencié amséliste, Ndlr) », engagé chez les juniors…

Double champion du monde de course en montagne, catégorie cadets, le désormais junior Hugo Schropfer, ici avec ses entraîneurs Teddy Butet et Yves Brénier, espère pouvoir se qualifier pour les Mondiaux 2020 de la spécialité prévus à Lanzarote...

Steph Valenti voulait ensuite faire le chrono – « 2h17-2h18 sur le marathon, à Paris ou à Rotterdam » (des courses toutes deux prévues… hier, 5 avril, et finalement reportées en octobre) –, lui dont le record dans la spécialité est de 2h21’37 en 2013 du côté de Berlin.

Akim Zilali, lui, songe à une « saison blanche (…) Mon objectif était de repartir sur le 3000 m steeple, ma spécialité (record à 8’25’’42 en 2007, Ndlr), car il y a encore des choses à faire sur cette distance. Mais il n’y aura probablement pas de saison estivale et je me projette donc d’ores et déjà sur la saison hivernale 2021 ».

Valenti vers Valence,
Schropfer vers Lanzarote,
Zilali vers… 2021

Enfin, Hugo Schropfer, fou de nature mais surtout athlète multi-surfaces, entendait « préparer la saison sur piste sur 5000 m et 3000 m steeple aussi » – une distance qu’il aurait officiellement découverte cette année en passant junior, lui qui jusqu’aux rangs cadets courait sur 2000 m steeple –, « tenter de se qualifier pour les championnats de France piste et le National de course en montagne », lequel a finalement été reporté à la fin septembre.
Ce qui a repoussé d’autant « l’échéance européenne, pour une possible qualif’ aux Mondiaux, prévus en novembre aux Canaries, à Lanzarote ».

C'est pourquoi il recrée les conditions de sa discipline dans le jardin familial ! (photos © D.R. Hugo Schropfer)

Car, si Zilali semble déjà se focaliser sur la prochaine campagne, Valenti et Schropfer entendent courir d’ici la fin de l’année, avec notamment le « marathon de Valence (Espagne) le 6 décembre, le prochain objectif que je me fixe maintenant ». Un air valencian qui semble lui convenir : Steph y a couru un 10 km route en 29’44 le 12 janvier, son 2e chrono personnel sur la distance après le 29’38 de Barcelone… 13 jours auparavant !

La vie professionnelle
tout autant impactée

Enfin, côté vie professionnelle (ou scolaire), ce confinement a également un vrai impact. Steph Valenti, dirigeant de son restaurant “Casa Valentino“ à La Palud, ne voit évidemment pas ce temps d’arrêt de son activité du meilleur œil. « Il est certain que tout ceci n’est pas bon pour nous, a fortiori si, comme il est dit, les cafetiers et restaurateurs seraient les derniers admis à rouvrir sur un futur déconfinement échelonné. »

Akim Zilali (dossard 1546) semble déjà avoir fait une croix sur la saison piste et le 3000 m steeple pour se pencher d'ores et déjà sur la prochaine saison hivernale de cross

Les conséquences sont différentes pour Akim Zilali, éducateur sportif salarié de l’Amslf, pour qui cette période permet de « travailler sur mes planifications, à titre individuel je l’ai dit, mais aussi pour mes groupes d’entraînement (sprint, hors stade, minimes et poussins) ».

Enfin, Hugo Schropfer, quelque part, se réjouit de la récente annonce gouvernementale selon laquelle le Bac 2020 serait jugé en contrôle continu sur l’année. En Terminale scientifique, Hugo verrait là « un poids s’évacuer. Je me sentais un peu perdu, les profs ne savaient rien, donc je “taffais“ à la maison comme si j’allais passer l’épreuve. D’ailleurs, on ne sait même pas encore, je crois, si on passera ou pas le Bac en fonction de la date de reprise… »
En tout cas, futur bachelier, Hugo vise un « STAPS à Nice ou Toulon l’an prochain, pas trop loin pour gérer la saison d’athlé », pour s’acheminer vers un métier « toujours en contact avec le sport et la nature. Comme guide de haute montagne peut-être… » 

L'un est de 1979, l'autre de 2002. Ici tous deux récompensés lors de la Soirée des champions de l'Amslf en décembre dernier, Stéphane Valenti et Hugo Schropfer incarnent non le passé et l'avenir de l'athlétisme fréjusien, mais le présent et l'avenir. Ils confirment en tout cas l'excellence de la formation à la sauce amséliste...

Mais, pour l’heure, Hugo Schropfer, comme Steph Valenti, comme Akim Zilali, comme des millions de sportifs, comme des milliards d’habitants sur la planète, ont un autre sommet à gravir : il s’appelle Coronavirus !

Classé dans
Sport