Victoire des Alliés 8-Mai 1945 : même sans public, pensées et hommages pour les troupes alliées

08 mai 2020


Le maire de Fréjus, David Rachline, a présidé ce vendredi matin, 8 mai, au Monument aux Morts de la place Agricola, une cérémonie commémorant le 75e anniversaire de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie le 8 mai 1945, en même temps que la fin de la 2nde Guerre mondiale en Europe après la capitulation allemande.

Mais ce genre de cérémonie, d’ordinaire en présence d’un nombreux public, s’est cette fois déroulé en comité restreint. Du fait de la crise sanitaire actuelle, les directives gouvernementales relayées par la Préfecture du Var n’autorisaient qu’un certain nombre d’élus ou encore de porte-drapeaux. En revanche, pas de public, pas de troupes, pas d’invités ni encore d’associations d’anciens combattants.

Dépôt de gerbe par le maire de Fréjus, David Rachline

Comité restreint autour de David Rachline

Ainsi, seules des autorités civiles entouraient le maire de Fréjus sur cette cérémonie : Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, Julie Lechanteux, députée française au Parlement européen et conseillère municipale de Fréjus, Françoise Dumont, 1ère vice-présidente du conseil départemental du Var et adjointe au maire de Saint-Raphaël, Brigitte Lancine, conseillère régionale et adjointe au maire de Fréjus, et Guillaume Decard, conseiller départemental et adjoint au maire de Saint-Raphaël.

Avant qu’il ne soit procédé à un dépôt de gerbes, Brigitte Lancine a lu le message adressé par le président de la République (mis à disposition au téléchargement, voir à la fin de cet article).
Sonnerie aux morts, minute de silence et entonnement de l’hymne national La Marseillaise ont conclu cette cérémonie pas comme les autres mais qui n’en restera pas moins dans les mémoires pour les circonstances exceptionnelles de sa tenue.

Lecture du message du président de la République par Brigitte Lancine, conseillère régionale et adjointe au maire de Fréjus

Au moment où les infirmiers(ères), médecins, personnels soignants sont aujourd’hui à raison présentés comme nos héros du quotidien, cette brève cérémonie aura également permis de se souvenir des nombreuses victimes qu’aura engendré la 2nde Guerre mondiale.

Le conflit le plus meurtrier de l’histoire…

Celle-ci demeure effectivement le conflit le plus meurtrier de l’histoire, avec plus de 50 millions de morts, militaires mais aussi et surtout civils : 400.000 Américains, autant de Britanniques, 600.000 Français, 8 millions d’Allemands et encore 10 à 20 millions de Soviétiques trouveront ainsi la mort durant ces années de conflit !
Le 8 mai 1945, à 23h01 heure allemande, marque officiellement la fin de la 2e Guerre mondiale en Europe, au lendemain de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie, signée le 7 mai à Reims.
Désigné comme son successeur par Adolf Hitler – qui s’est suicidé quelques jours plus tôt (le 30 avril) dans son bunker de Berlin –, l’amiral Dönitz et son état-major comprennent rapidement que la situation est sans retour. Ils demandent alors aux puissances alliées que cessent les combats. Et c’est le général Jodl, chef d’état-major de la Wehrmacht qui sera envoyé à Reims, alors quartier général des forces alliées sous le commandement de Dwight Eisenhower, que sera actée la capitulation allemande.

Dépôt de gerbe par la députée française au Parlement européen, Julie Lechanteux

Depuis 1981, et la loi du 2 octobre, le président de la République française, François Mitterrand a rétabli de manière pérenne la commémoration de la fin du conflit et le caractère férié (au regard du droit du travail) de cette journée du 8 mai.

Téléchargez ici le message du président de la République lu par Brigitte Lancine.

Classé dans
Actualité générale