Volley-ball (LBM - J17) : Falafala et Fréjus doivent mettre les Lozériens à l'amende !

12 février 2021

Les Fréjusiens ont magnifiquement tenu leur rang lors des deux confrontations qu’ils viennent de disputer hors de leurs bases et en l’espace de 48 heures. Ils sont ainsi allés l’emporter à Saint-Jean d’Illan (3-1), avant de faire jeu égal deux sets durant avec le probable futur pensionnaire de Ligue A, le Saint-Nazaire Atlantique volley-ball, avant de céder physiquement (1-3).

L'ancien Nazairien, ici face au Brésilien Moreira et l'Argentin Chirivino (SNAVB), et les Fréjusiens doivent confirmer à domicile leurs belles prestations en Gironde et Loire-Atlantique

Ce samedi 13 février voit débuter une dernière ligne droite - réceptions de Mende (le 13) et Martigues (le 17) à suivre, avant de conclure la phase régulière dans l’antre de France Avenir 2024 (le 20) - où les Fréjusiens entendent bien « prendre le maximum de points », comme le confirme le vice-capitaine, Soané Falafala.

Jamais sans les masques et sans stress pour Pierre Vivier, entraîneur de la N" masculine, le président Alexandre Bonnard et son trésorier Olivier Conte

La galère avant…
la délivrance à Illac

Dans un championnat “normal“, au cours d’une saison “normale“, et au regard du classement à ce jour, l’on pourrait presque dire que Fréjus a mangé son pain noir et que les trois derniers rendez-vous qui vont sceller la première partie de championnat - les play-off débuteront dès le 27 février – devraient tomber dans l’escarcelle est-varoise.

Oui, mais voilà !
Depuis un an tout juste, la normalité n’est plus de ce monde, et quand bien même le Fréjus Var Volley partira avec les faveurs des pronostics sur ces trois confrontations, eux-mêmes sont bien placés pour savoir que rien n’est acquis.

Alexander Szot sera une nouvelle fois l'un des atouts de l'équipe varoise en attaque

« Les quinze derniers jours n’ont pas été des plus simples, avance l’ancien joueur nazairien, formé au CNVB avant de parfaire ses classes à Tours et Poitiers entre autres. Entre le Covid, l’isolement, on a un peu galéré et on n’a eu qu’une seule véritable séance collective avant de partir. »

Les joueurs varois partis sur quatre jours - départ vendredi dernier, retour mardi en toute fin de soirée - ne s’étaient de fait mis aucune pression. « Avant de partir, le président est venu nous voir. Avec Loïc (Geiler, l’entraîneur fréjusien, Ndlr), ils nous ont demandé si l’on se sentait vraiment de partir et de jouer ces deux matches en 48 heures. Certains se sont montrés hésitants, parce qu’encore faibles, Hugo et Théo pour ne pas les nommer mais nous ne nous en sommes pas si mal sortis au final. »

Alors que Quentin Schouteten pourrait faire son retour sur la feuille de match, Corentin Suc continue de mener la passe fréjusienne, étant même élu dans l'équipe type de la semaine

« Le bon moment pour prendre Illac »

Partis pour, à tout le moins, « essayer de retrouver le rythme de la compétition avant les trois derniers matches », les Fréjusiens ont fait mieux que ça, remontant un set de handicap (22-25) avant de faire flancher les Aquitains d’Illac, à deux fois 22 puis 16 dans la 4e manche.

« Ils n’étaient pas au mieux, concède Soané Falafala, puisqu’ils venaient de perdre deux fois de suite, à Saint-Quentin puis à Mende. C’était sans doute le bon moment pour les prendre, même s’ils ne nous ont rien laissé, et que notre victoire est aussi due à notre collectif, notre bonne agressivité entre autres. »

Trois (succès) sur trois (matches) ! C'est ce qui est demandé aux Fréjusiens pour conclure cette phase régulière du championnat afin d'attaquer les play-off de la manière la plus idéale qui soit

« Ça ne m’a qu’à moitié surpris, confiait de son côté Olivier Conte, trésorier du club. Quand on est un peu dos au mur, sans certitudes, c’est là que l’on s’en sort le mieux. » Et effectivement, a fortiori au regard de la démonstration de force laissée par Illac quelques semaines auparavant (le 16 janvier) lors de la confrontation aller, les trois points de la victoire, quelque peu inattendus, ont permis aux Fréjusiens (7es, 15 pts) de repousser la menace martégale (8e, 11 pts tout en revenant à une seule unité du 6e, le Mende VB en l’occurrence.

Le manque de fraîcheur se paie cash

Et si la sortie nazairienne ne fut pas couronnée du même succès - défaite 1-3, non sans avoir cette fois décroché la manche inaugurale (25-23), lutter à armes égales dans la deuxième (23-25) avant de baisser de pied (18, 19 dans les deux derniers sets) -, ce revers s’explique assez aisément. « Premièrement, c’était quand même Saint-Nazaire en face, rappelle celui qui affrontait donc son ancien club. Qui possède un banc plus riche que le nôtre et peut se permettre davantage de rotations. Sans doute ce match s’est-il joué sur un manque de fraîcheur de notre part dans les deux dernières manches en effet… D’autant qu’ils avaient joué 24 heures avant nous (vendredi 5 face à Mende contre le samedi 6 pour Fréjus, Ndlr), qu’ils étaient déjà à domicile »... alors que les Fréjusiens ont voyagé dimanche pour rejoindre la Loire-Atlantique depuis la Gironde et enchaîné deux sorties compliquées…

Trois sur trois pour finir ?

Même cette semaine, la transition ne s’est finalement pas avérée aussi tranquille que cela, puisque « nous sommes rentrés mardi en soirée », explique celui qui reste le meilleur marqueur fréjusien (155 pts), avant de rajouter, « mais le staff a beaucoup axé sur la récupération cette semaine ».

Pour Soané Falafala et le club fréjusien dans son ensemble, l’envie de bien finir est là, sans pression aucune si ce n’est celle de laisser la meilleure impression et d’aller chercher la plus haute place possible avant d’aborder les play-off.

Et cela commence par Mende ce soir, que les Varois avaient dominé au set décisif il y a quelques mois en Lozère, au cœur d’un mois de novembre riche en rebondissements qui avait vu Fréjus s’imposer à Martigues puis à Mende avant de céder devant France Avenir.
Et ce même trio d’adversaires s’avance dans les sept prochains jours. Avec une ambition, celle de confirmer devant les deux premiers et d’aller chercher une revanche sur les terres des jeunes espoirs tricolores !

On ne demande pas mieux !


VOLLEY-BALL - 17e journée Ligue B masculine
Fréjus Var Volley vs Mende Volley-Lozère
Samedi 17 février, 20h, salle Sainte-Croix
Match à huis clos

=> FRÉJUS VAR VOLLEY
N°3 – Corentin Suc, 26 ans, passeur, 1,88 m
N°6 – Soane Falafala, 28 ans, réceptionneur/attaquant, 1,99 m
N°7 – Théo Conré, 23 ans, réceptionneur/attaquant, 1,92 m
N°8 – Baptiste Enfoux, 24 ans, réceptionneur/attaquant, 1,98 m
N°10 – Lorry Florent, 26 ans, central/attaquant, 1,89 m
N°12 – Alexander Szot Marczewski (Brésil), 32 ans, pointu, 1,97 m
N°13 – Daniel Maccaro Tortajada (Espagne), 27 ans, central, 1,98 m
N°15 – Quentin Schouteten, 25 ans, passeur, 1,90 m, convalescent
N°16 – Hugo Lecat, 25 ans, libéro, 1,82 m
N°18 – Pedro Henrique Frances, 31 ans, central, 2,08 m
N°19 – Piélé Halagahu, 19 ans, réceptionneur/attaquant, 1,94 m
Entraîneur : Loïc Geiler

 

=> MENDE VOLLEY LOZÈRE
N°1 – Émil Serreau, 22 ans, passeur, 1,91 m
N°2 – Faipule Kolokilagi, 26 ans, pointu, 1,94 m
N°3 –
Jesus Bruque Guerrero (Espagne), 32 ans, passeur, 1,88 m        
N°4 – Abdoulaye Soumare, 19 ans, pointu, 1,93 m
N°5 – Tanguy Vianney Djoud, 19 ans, central, 1,98 m
N°6 – Paixao Fidelis Jonas (Brésil), 24 ans, réceptionneur/attaquant, 1,84 m
N°7 – Ali Kerboua (Algérie), 37 ans, réceptionneur/attaquant, 1,98 m
N°8 – Antoine Fleury, 23 ans, réceptionneur/attaquant, 1,91 m
N°9 – Gaël Tranchot, 26 ans, central, 1,99 m
N°10 – Juan Manuel Mendez (Italie/Argentine), 24 ans, libéro, 1,75 m
N°13 – Bohdan Tatarenko (Ukraine), 26 ans, réceptionneur/attaquant, 1,95 m
N°14 – Vincent Mabiala (Congo), 24 ans, central, 2,04 m
N°15 – Luka Randriananteniana, 18 ans, libéro, 1,65 m
N°16 – Sofian Amorim, 20 ans, réceptionneur/attaquant, 1,86 m
N°17 – Yeessyn Ben Rhouma, 20 ans, réceptionneur/attaquant, 1,96 m
N°18 – Euxane Vivien, 20 ans, réceptionneur/attaquant, 1,86 m
Entraîneur : Constant Tchouassi.


Classé dans
Sport