Volley-ball (LBM-J7) – défaite de Fréjus 1-3 devant “France Avenir 2024“ : Les p’tits jeunes ont donné la leçon !

22 novembre 2020

La surprise n’en aura été que plus désagréable. Au sortir de deux probants succès en terre martégale (3-1) puis du côté de la Lozère (3-2 à Mende), les Fréjusiens partaient grands favoris de leur confrontation face aux petits jeunes – mais futurs grands – de France Avenir 2024, le fleuron du volley tricolore, pôle France de Montpellier qui façonne les pépites de demain. Les Varois devaient enchaîner une troisième victoire de rang et affirmer leurs prétentions derrière les élites de la division.

Le central espagnol Daniel Maccaro Tortajda aura été l'un des seuls Fréjusiens à jouer sur sa valeur samedi soir

Las, effacés, incapables de se transcender, de se réveiller, les joueurs de Loïc Geiler sont tombés « dans le piège » que craignait leur entraîneur d’un « adversaire pouvant être tout feu, tout flammes. Pour peu qu’ils soient en réussite, ils peuvent être très dangereux ».

La sélection “France Avenir 2024“ est composée des 20 meilleurs joueurs de leurs catégories d’âge (U19, soit la génération 2000-2003, mais essentiellement des 2002 et 2003). Elle ne porte pas son nom par hasard et doit amener tous ces jeunes prometteurs vers l’équipe de France dans l’optique des Jeux olympiques de Paris dans quelque quatre années. Pour info, les neuf joueurs en fin de cursus lors de la dernière intersaison ont tous rejoint des effectifs de Ligue A !

Le ballon ne restera pas longtemps indécis, comme sur cette action entre Audric Taramini et le passeur fréjusien, Quentin Schouteten

Joueurs de demain…
mais déjà d’aujourd’hui !

Mais la jeunesse du groupe “France Avenir 2024“ peut d’avérer une arme comme une immense faiblesse. Dans cette armada d’une vingtaine de soldats, les formateurs Jocelyn Trillon – également sélectionneur de l’équipe de France U16 qu’a intégrée l’été dernier le jeune Fréjusien Nathan Bonnard, par ailleurs pensionnaire du pôle espoirs de Cannes – et Loïc Le Marrec, sous la férule du coordinateur Marc Francastel, poursuivent un double objectif. « Notre but en terme de préparation physique est davantage axé sur le fait d’amener ces jeunes vers le plus haut niveau, nuance Jocelyn Trillon. Mais nous nous devons chaque week-end de présenter la meilleure équipe possible. Nous sommes des compétiteurs, les garçons ont envie de gagner. Et nous nous devons de respecter à la fois la Fédération qui nous invite dans cette Ligue B et les équipes qui luttent dans cette division. »

Falafala hors du coup, Loïc Geiler a tenté l'option Baptiste Enfoux, mais sans un succès durable sur l'ensemble de la partie

Et ce samedi, dans une salle Sainte-Croix une nouvelle fois privée de son public et dans la foulée de sa doublette de feu, le passeur Kellian Motta Paes – futur MVP de la rencontre – et l’attaquant Hilir Henno, fils de l’ancien libero de l’équipe de France, Hubert, les petis jeunes auront donc donné la leçon.

Loïc Geiler désabusé…

Celle d’un collectif ne lâchant rien, motivés à souhait dans la foulée de leur premier succès (3-2) obtenu la semaine dernière devant Saint-Jean d’Illac. Mais le plus inquiétant aura été l’apathie dont auront fait preuve les Fréjusiens tout au long de cette rencontre, sans jamais parvenir à se révolter.

Scènes de joie et poings serrés dans les rangs varois : beaucoup trop rare samedi !

« Ce que je ressens ? De la frustration », répondra Loïc Geiler à l’issue de cette défaite. « Il n’y avait pas de gnak, pas de grinta », et pourtant l’entraîneur est-varois aura tout tenté pour réveiller ses joueurs. Sans y parvenir malheureusement. Tour à tour protecteur, fâché, “remonteur de troupes“ pour finir totalement désabusé et même proche de lâcher ses joueurs de les laisser, « démerdez-vous ! ».

Incompréhension(s), manque de révolte... les Fréjusiens n'ont pas tous tiré dans le même sens samedi soir devant les jeunes espoirs du CNVB

Intelligence de jeu
et volonté du côté des jeunôts

Bref, on l’aura compris, rien n’aura fonctionné samedi soir pour les Fréjusiens. Et une feuille de stats désertique et désertée par ses points forts habituels (4 malheureux points pour Falafala, 11 pour Conré), une flopée de services manqués (16), un bloc défaillant et surtout pas décisif qui n’enregistra ses premiers points dans le secteur qu’en fin de deuxième manche, des passeurs pour une fois maladroits et des incompréhensions multiples entre des joueurs… qui n’y étaient pas, tout simplement !

Seules quelques attaques au centre avec Pedro Frances et surtout Daniel Maccaro auront fait durer quelque peu les espoirs ou du moins le suspense, jusqu’aux deux balles de match ainsi sauvées avant qu’un William Louis-Marie ne fasse montre d’une clairvoyance et d’une finesse de jeu remarquables sur le dernier point à 26-24 dans la 4e manche.

Meilleur joueur des deux précédents matches, même Théo Conré n'a pas eu son rendement habituel...

Un championnat sens dessus dessous !

Oui samedi, c’étaient bien les p’tits jeunes qui en voulaient plus. Appliqués, en réussite certes mais provoquée, les Lavigne, Bériot, Magnin ou encore Pothron ont su se glisser dans le sillage de leurs leaders pour aller chercher un 2e succès qui pourrait faire de cette équipe de France Avenir 2024 un vrai poil à gratter de ce championnat.

Après le papa brésilien Mauricio, la maman Maguy ou la grande sœur Loana, Kellian perpétue le nom de la famille Motta Paes dans le monde du volley français. Ici interviewé par Julien Laporte et Pierre Vivier en sa qualité de MVP du match à Fréjus et grand artisan de la victoire des siens

Un championnat plus homogène que jamais alors qu’on passait qu’un duo – Nancy et surtout Saint-Nazaire – allait déferler sur la concurrence mais qui, au cours d’une 7e journée où tous les pronostics auront été déjoués, se sont pris une bonne lame dans la tête. Au Plessis pour les joueurs de l’est (2-3), en Aquitaine à Saint-Jean d’Illac pour les joueurs de l’Atlantique (1-3). Cette même équipe illacaise battue 2-3 la semaine passée par France Avenir 2024…

Va comprendre Charles… enfin Loïc ?!


Les meilleures images du match, c’est ICI

Classé dans
Sport