Volley-ball (Ligue B - J15 : match en retard) : Fréjus bat Martigues mais perd un point !

17 février 2021

Frustré, courroucé et même, disons-le carrément, énervé le coach est-varois Loïc Geiler à l’issue de cette victoire pour le moins poussive (3-2, 15-6 au 5e) obtenue face à une valeureuse équipe de Martigues qui, comme nous l’avait annoncé Raphaël Attié, ex-sociétaire fréjusien, en prélude de ce match, « quoi qu’il arrive, one ne lâchera rien ».

La tête des mauvais jours pour Loïc Geiler qui aura dû donner de la voix sur ses temps-morts

Et effectivement, ils n’ont rien lâché les Martégaux. Revenant du diable-vauvert pour prendre la 4e manche à leurs hôtes et obliger ces derniers à disputer un 5e set ! Une ultime manche décisive où Mourier et ses partenaires explosèrent physiquement, à l’image d’un Milavonavic exténué, mais « jamais on n’aurait dû arriver là, lâchait Loïc Geiler sur l’antenne de la LNV TV. On doit gagner 3-0, 3-1 à la limite, mais on se complique la vie, on est inconstants et surtout, ils ne sont pas capables de se gérer eux-mêmes dès que je les laisse un peu seuls. Il va vraiment falloir gagner en autonomie, bien défriefer ce genre de match, a fortiori si on veut faire quelque chose en play-offs. C’est clair, on perd un point ce soir »

Toujours la menace de Mende

Un point qui pourrait manquer au final aux Fréjusiens si d’aventure, ils venaient à s’incliner en trois, voire quatre manches à Montpellier samedi soir dans l’antre de France Avenir 2024, car derrière, Mende a créé la sensation des trois matches en retard disputés ce mercredi en allant chercher une victoire importante en terre nancéienne.

Ce succès en Lorraine, fut-il acquis lui aussi en cinq manches, permet avant tout aux Lozériens de rester en vie pour la 6e place actuellement détenue… par Fréjus (voir classement ci-dessous).

Pourtant, tout s’annonçait pour le mieux pour les Fréjusiens, solides vainqueurs du Mende Volley Lozère samedi dernier (3-1) alors que s’avançait devant eux une formation de Martigues qui n’aura, tout au long de cette saison, été que l’ombre de l’équipe que l’on avait l’habitude de voir jouer les trouble-fêtes dans cette Ligue B.

Martigues, sans pression,
joue et fait douter ses adversaires

Mais quel club aurait pu se relever d’une cascade de blessures (de malchance) frappant trois membres du six titulaire : le libéro Jérémy Slih (qu’est venu suppléer un Mickaël Delcamp sorti de sa retraite et qui tirait la patte en fin de match du haut des 39 printemps), le pointu letton Reinis Pekmans ou encore l’un des attaquants les plus prolifiques, Kevin François.

Avec un nouveau titre de MVP du match, Théo Conté confirme qu'il est l'une des grandes confirmations de cette saison en Ligue B

Du coup, Christophe Charroux n’avait guère de solutions sur son banc pour opérer quelques rotations, quand bien même le Brésilien Gomes Saores Pereira ou le central Julien Bourdon se montrèrent fort efficaces en sortant du banc. Et auraient certainement causé quelques soucis supplémentaires aux Fréjusiens en en sortant plus tôt… du banc !

Raphaël Attié (avec Pombeiro en haut) ou Sébastien Roatta (ci-dessus) n'ont pu permettre aux Martégaux de s'en sortir

D’entrée de match, on savait en revanche ce qui allait nous attendre : un match long, débridé, où les Fréjusiens, aussi efficaces, concentrés et entreprenants peuvent-ils être ou encore tirer plus vite que leur ombre à des “gros“, autant se montrent-ils parfois “ranplanplan“, sans réflexion, sans vitesse face aux “petits“.

Dos au mur, Fréjus se bat. Favori, Fréjus est un peu plus dilettante. À l’image du set inaugural, perdu 28-30 non sans voir eu plusieurs ballons entre leurs mains pour conclure.

Le passeur pour son central, Corentin Suc pour Pedro Frances : les attaques courtes n'ont pas toujours fonctionné

Fréjus : un seul set à son niveau

Les deux manches suivantes - enfin surtout la 3e, vraiment aboutie avec une défense resserrée, des services enfin cadrés (21 fautes dans ce service !), un bloc enfin efficace – au point que Corentin Suc, sur un point sur contre gagnant au 5e set, donnant un avantage de 4 points aux siens (4-0) hurla « C’est chez moi ici ! » L Point suivant, Théo Conré vit involontairement une balle rebondir sur lui et… repasser de l’autre côté du filet (5-0). Dans cette ultime manche en 15 points, et avec un débours de 0-8, les Provençaux lâchaient la partie.

Mais hors la 3e manche - la plus solide des locaux derrière les réceptions de Lecat, les attaques victorieuses de Conré (encore 5 aces pour l’ex-sociétaire des centres de formation de Tours et Montpellier) et Szot (entre autres à la mise en jeu) entre autres, ou encore les explosions d’un Enfoux, parfois fulgurant, parfois plus absent...

Un bloc moins efficace que d'habitude explique peut-être aussi les difficultés des Fréjusiens à vaincre franchement

25-22 puis 25-19, le train fréjusien était sur les bons rails. Mais pour rallier la Venise provençale - le surnom de la cité martégale -, il eut plutôt fallu un bateau. Avec bien entendu tous (les Fréjusiens) dans le même bateau ! Peut-être là, ça aurait évité de ramer…

Mais l’inconstance demeure,
et tout est dépeuplé

Deux constats s’imposent au terme de ce rattrapage de calendrier : Saint-Nazaire, large vainqueur 3-0 à France Avenir 2024, a scellé et verrouillé à triple tour sa place sur le fauteuil de leader de cette phase régulière. Battu à domicile pour la 2e fois en quatre jours, le Nancy d’Éric N’Gapeth sera le dauphin, ces deux équipes têtes de listes des deux nouvelles poules de play-offs.

Baptiste Enfoux,ou encore Soané Falafala : une inconstance qui faillit coûter cher

Illac et le Plessis joueront la 3e place, Saint-Quentin et Fréjus la 6e - seul moyen pour le Fréjus Var Volley, gagner 3-0 au CNVB à condition que Saint-Quentin perde 0-3 à Martigues.

À moins que Mende ne vienne chiper cette 6e place au nez et à la barbe des joueurs de Loïc Geiler. En revanche, Martigues demeurera 8e et sera donc versé dans la poule A en compagnie de Saint-Nazaire.


Rendez-vous est donc donné samedi avec quatre matches pour une fois tous programmés à la même heure, équité oblige… Nancy n’en sera pas, exempte, tandis que Saint-Nazaire accueille Illac, Mende joue le Plessis en Lozère, Martigues accueille Saint-Quentin et Fréjus voudra une revanche dans la salle de France Avenir 2024. À vos pronos…

Classé dans
Sport