Volley-ball (Ligue B) : l’Amslf continue d’écrire son destin

28 avril 2020

L’horizon se dégage pour le volley fréjusien… Rassuré sur le soutien de la Ville à ses côtés, le club de l’Amslf a déjà bien avancé sur son avenir. Il faudra certes réduire la voilure mais Fréjus continue son retour vers le plus haut niveau tricolore. Tour d’horizon des points chauds avec le coach amséliste, Loïc Geiler.

Loïc Geiler fait le point sur la situation du volley fréjusien et de la prochaine saison. Josias Paino (à gauche) ne fera plus partie de l'effectif professionnel mais il lui a été proposé de rester au club pour parfaire sa formation

 

• LE SOUTIEN DE LA VILLE
« Nous avons eu des certitudes de la part de la municipalité, assure l’entraîneur fréjusien. Avec une subvention quasiment maintenue, c’est un message fort de soutien que nous envoie le maire, David Rachline. Et que nous nous devons de remercier très sincèrement. Sans cela, nous ne pouvions tabler sur un budget cohérent. Maintenant, nous allons nous pencher sur notre partenariat privé, parmi lesquels nous comptons beaucoup de petites structures et nous ne savons pas encore l’impact qu’aura eu cette crise sur ce sponsoring privé. » Quand bien même l’Amslf n’a-t-elle pas manqué de prendre des nouvelles de chacun de ses partenaires, comme le montre sa page Facebook.

David Rachline et la Ville de Fréjus ont confirmé leur soutien au volley-ball fréjusien, ce dont se réjouit tout particulièrement la section amséliste

Mais « l’important pour nous était ce soutien de la Ville. Même si d’autres clubs le font, nous ne voulions pas prendre des engagements à la légère, vis à vis des joueurs entre autres qui ont aussi des familles, des enfants… » Ce n’est effectivement pas le genre de la maison de promettre et ne pas être en mesure de tenir ensuite !

À ce jour, l’Amslf volley tablerait sur un budget réduit de 100.000 € (il était annoncé à 600.000 € sur le guide media de la Ligue nationale cette saison), pour ce qui sera une « saison de transition, avant d’essayer de repartir sur un autre projet sur plusieurs saisons pour essayer d’accéder au plus haut niveau ».

 

Six départs sont d'ores et déjà actés au sein de l'effectif fréjusien : McConkey, Attié, Corteggiani, Paino (?), Bernard et Audric ne seront plus amsélistes à la rentrée (© Photo D.R. Ewa Gros)

• UN EFFECTIF/COLLECTIF À RECONSTRUIRE
Indépendamment de la crise sanitaire liée au Coronavirus, et de cette fin de saison avortée – le championnat a été arrêté alors qu’il restait deux matches de phase régulière à jouer, plus les play-off pour lesquels l’Amslf (8e, 6 victoires, 20 défaites) s’était qualifiée pour la seconde année consécutive –, Loïc Geiler avait déjà anticipé la future saison.
Les circonstances actuelles auront eu d’autres conséquences mais l’effectif 2020-2021 est déjà sur les rails, non sans oublier que l’ensemble de l’effectif était en fin de contrat.

« Le club communiquera prochainement sur les arrivées. Elles seront au nombre de cinq, quatre étant actées pour l’heure. »
Côté départs en revanche, et après l’arrêt de carrière annoncé de Jordan Corteggiani (lire notre article), Loïc Geiler évoque notamment celui du capitaine Raphaël Attié. « Il a eu une proposition de Martigues sur laquelle nous ne pouvions nous aligner. »

Corteggiani et Audric (tous deux de dos), mais également Bernard et Attié quittent le club fréjusien. Où l'Espagnol Daniel Maccro Tortajada (à droite) a en revanche signé un nouveau bail

L’autre Jordan de l’effectif 2019-2020, le Canadien McConkey, mettra sa carrière entre parenthèses, le temps de « soigner une épaule gauche hyper instable, qui lui valait des luxations à répétition. Il va donc se faire opérer ». Le réceptionneur-attaquant, ancien Rennais, Julien Bernard ne sera pas conservé – « il était l’un de ces profils jeunes que nous souhaitons faire éclore. Mais, en ce sens, et hors quelques coups d’éclat, je trouve qu’il ne s’est pas montré assez régulier sur l’ensemble de l’exercice » –, pas plus que le passeur Jérémy Audric, arrivé voici deux ans en compagnie de Raphaël Attié et en provenance du Plessis-Robinson.

Le libero Hugo Lecat (en haut), le central espagnol Daniel Maccaro et le passeur Corentin Suc (de dos) porteront toujours les couleurs fréjusiennes l'an prochain

Restent donc au club Hugo Lecat (libero), Corentin Suc à la passe, les centraux Lorry Florent et l’Espagnol Daniel Maccaro Tortajada, enfin le réceptionneur-attaquant Soané Falafala. Le jeune « Josias (Paino, Ndlr) fait quant à lui les frais de notre réduction d’effectif, puisque nous passons de 11 à 10 pros. Nous lui avons proposé de rejoindre la réserve tout en continuant de suivre les entraînements des pros. Ce qui lui permettrait de retrouver du temps de jeu ».

 

• UNE LIGUE B À 11 CLUBS (*)
Au moment d’acter l’arrêt des championnats pros voici quelques semaines, la Ligue nationale avait émis son intention de reléguer Nice de Ligue A et de faire monter Cambrai, leader de Ligue B. L’autre souhait était de retrouver une division à 12 clubs, avec deux wild-card accordés à des clubs d’Élite. Mais « seule l’équipe d’Avignon apparaît en mesure de tenir le cahier des charges » - l’équipe du Vaucluse rejoindrait alors la Ligue B –, nonobstant encore « les décisions du “gendarme financier“, la DNACG (Direction nationale d’aide et de contrôle de gestion) et sa commission de membres indépendants (CACCP - Commission de contrôle et d’aide des clubs professionnels), qui vont examiner les comptes de tous les clubs ».

Passeur depuis deux saisons de l'Amslf (aux côtés de Corentin Suc), Jérémy Audric ne sera pas conservé dans l'effectif varois l'an prochain

 

• PIERRE VIVIER SUCCÈDE À CLAUDY RESPAUT
S’il est un nom qui rime avec volley à Fréjus, c’est bien celui de Respaut. Claudy, entraîneur emblématique, prend aujourd’hui du recul, « après une belle saison pour le retour de l’équipe (2) en Nationale 3, salue Loïc Geiler. Leur objectif premier était le maintien, ils l’ont obtenu de belle manière (grâce à une superbe moitié d’année 2020) et auraient peut-être pu jouer la montée. Maintenant, peut-être n’est-ce pas plus mal, une accession aurait engendré des frais d’engagement et de déplacement supplémentaires. Et au regard du budget en baisse… »

Il fera toujours partie de l'histoire du volley fréjusien, mais l'entraîneur de la réserve amséliste laisse les rênes de la Nationale 3 à Pierre Vivier (ici au premier plan)

 

• LE PROJET ESTONIEN EN SUSPENS
Loïc Geiler a par ailleurs été appelé par Cédric Énard, nouveau sélectionneur de l’équipe d’Estonie depuis le début de l’année. L’ancien joueur professionnel (Poitiers, Avignon, Toulouse), devenu entraîneur (Toulouse, Tours, Berlin) et adjoint de Laurent Tillie à la tête de l’équipe tricolore, avait contacté le coach fréjusien pour en faire son adjoint.
Cet été devait ainsi être consacré pour Loïc Geiler « à la prise de connaissance du groupe, avec un stage de fin juillet à début septembre. Qui aurait permis une grosse revue d’effectif. Avec l’European League (équivalent de la Ligue mondiale) en ligne de mire, et surtout les championnats d’Europe 2021 », que l’Estonie co-organisera avec la Pologne, la République tchèque et la Finlande.
Pour l’heure néanmoins, « tout reste en suspens à ce niveau, et je ne peux vous en dire plus ».

Le meilleur entraîneur de Ligue B (saison 2018-2019) devait devenir officiellement cet été adjoint de Cédric Énard à la tête de la sélection estonienne : un projet pour l'heure en suspens...

______________________________________________

(*) Dernière minute : l’Avignon volley-ball refuse la montée en Ligue B. L’intention de la Ligue, on le disait, était de proposer une Ligue B à 11 clubs, avec l’intégration depuis le championnat Élite, de l’Avignon Volley-Ball. Simplement, un communiqué publié hier en début de soirée par le journal La Provence annonçait que finalement, le club vauclusien refusait la montée en Ligue B.
On le voit, beaucoup d’évènements peuvent encore se produire d’ici les premiers échanges de la saison 2020-2021.
Lire ici le communiqué de l'Avignon Volley-Ball

Classé dans
Sport