VTT-enduro - EWS (*) :
Cécile Ravanel
toujours dans l’incertitude

02 mai 2020

Le fil de sa carrière s’est probablement rompu un funeste jour de février 2019, lorsqu’elle se brisa deux cervicales (C5 et C6) dans un grave accident - Cécile avait heurté de plein fouet un arbre lors d’une séance d’entraînement du côté de Montauroux où elle réside.

À l'aube de la saison 2020 d'Enduro World Series - pour peu que cette campagne ait réellement lieu -, Cécile Ravanel ne sait pas encore de quoi sera fait demain, après sa grave blessure aux cervicales en janvier 2019 (© Photo D.R. Commençal)

Aujourd’hui, un an après, Cécile Ravanel a à nouveau enfourché le vélo. Pour autant, si elle peut s’entraîner, si elle suit les runs de ses collègues du Team Commençal, de là à franchir le pas qui mène de l’entraînement à la compétition, il y a ici un grand écart qui ne sera probablement pas permis à Cécile de tenter.

« Physiquement parlant, cela ne va pas trop mal. Mais je ne roule pas trop, et surtout, je n’ai pas de feu vert du chirurgien pour une potentielle reprise de compétition. Je devais voir le chirurgien juste avant la mise en place du confinement. Mais le rendez-vous a de fait été reporté. Maintenant, il faut à nouveau fixer une date. »

Cécile avec d'autres vététistes tricolores championnes du monde, de Pauline Ferrand-Prévot (en bleu-blanc-rouge, X-country) à Myriam Nicole (DHI) lors d'un évènement Red Bull

« Pas envie de dire,
j’arrête ou je continue »

La championne varoise sait pertinemment en son for intérieur qu’elle ne pourra pas « faire les mêmes choses qu’avant. Je ressens encore un peu de douleur. Et le risque en cas de nouvelle chute est trop élevé ».

Alors, est-ce la fin de carrière de Cécile Ravanel ? « À ce jour, je n’ai pas envie de dire, j’arrête ou je continue. »
De toute façon, « on ne sait pas réellement s’il y aura effectivement une saison (d’EWS, Enduro Wolrd Séries, la Coupe du monde de VTT-enduro, Ndlr). Cela étant, on travaille comme si, on a d’ailleurs un show vidéo-photos prochainement planifié pour nos sponsors. »

À défaut de eut-être pouvoir s'élancer en compétition, Cécile Ravanel gère aujourd'hui l'entraînement des équipiers du Commençal Enduro Team (© Photo D.R. site Commençal)

Dans le box du team Commençal

Un élément est acquis : Cécile sera sur les étapes des EWS si la saison démarre effectivement fin août du côté de Zermatt (Suisse), ainsi que l’indique le dernier calendrier établi (**). « Elle sera effectivement avec nous, confirme Cédric, son mari sacré l’an passé champion du monde catégorie Masters dans ces mêmes EWS, puisque c’est elle qui gère les entraînements des membres de l’équipe team et sera en quelque sorte notre team-manager pour chaque course. »

C’est d’ailleurs sans doute à ce moment-là que Cécile ressentira le plus le manque. « C’est certain, confesse-t-elle. Une fois dans le bain du circuit, ça risque d’être dur. Encore une fois, c’est pour cela qu’aujourd’hui, je ne veux pas me prononcer de façon définitive. »

Toujours fidèle aux entraînemnts, la championne fréjusienne ! (photo extraite de la dernière vidéo “Cécile Ravanel : home & free“ signée Pango Visual -> à regarder ici)

Un goût d’inachevé

Rappelons qu’avant son accident, Cécile Ravanel était triple détentrice de cette Coupe du monde EWS (2016, 2017, 2018), réalisant même le grand chelem (victoire sur chaque étape de la saison) sur les deux dernières campagnes, et empochant de 70 à 80 % des spéciales !
La championne fréjusienne - elle est également éducatrice au sein de la section amséliste VTT - s’était également essayée à la descente, et avec un certain succès : 5
e en Croatie et en Andorre, 6e en Écosse sur des étapes de Coupe du monde, en lice pour une médaille (6e après le 2e chrono intermédiaire et 1’45 de course… et avant une crevaison) lors des championnats du monde à Lenzerheide début septembre 2018.

À l’heure actuelle, et en cette période de confinement, il est surtout urgent d’attendre pour Cécile Ravanel, dont la courbe de carrière ascendante aura donc malheureusement trouvé ce fichu arbre sur sa trajectoire…


(*) Si le VTT-enduro est de moins en moins inconnu du grand public, il convient peut-être d’en rappeler le principe. La saison EWS s’appuie sur un certain nombre d’étapes à travers la planète (lire ci-après). Celles-ci accueillent des rounds, divisés en une demi-douzaine de spéciales chronométrées sur le modèle d’un rallye automobile. Le temps (le chrono) fait donc office de juge de paix et détermine le classement du round, les scores enregistrés à chaque fois s’accumulant pour former le classement général final de la Coupe du monde.
Les Enduro World Séries sont nées en 2012, le premier championnat complet se déroulant en 2013. La Britannique Tracy Moseley avait remporté les trois éditions inaugurales… devant Cécile Ravanel (2e en 2013 et 2015, 3e en 2014).

(**) La saison 2020 des EWS devait commencer du tôt de l’Amérique du Sud, avec une étape colombienne (Manizales, 26 mars) et une halte chilienne dans la foulée (Lo Barnechea, 4 avril). Après plusieurs reports et propositions de calendriers, le dernier programme établi verrait une entame de saison à Zermatt (Suisse, 29-30 août), du côté des montagnes du Caroux à Olargues dans le Minervois (le site héraultais remplace Valberg, la station alpine initialement prévue pour cette étape française, 3 octobre), une visite à la station slovène Petzen/Jamnica avant de clôturer la saison en Colombie (Manizales, 6-7 novembre) et au Chili (Lo Barnechea) une semaine plus tard.
Et sans oublier un petit tour en Italie (Finale Ligure) à la fin septembre (25 et 26) pour notamment le Trophée des Nations.

Notons que cette saison 2020 comptera cinq étapes au lieu des huit initialement programmées, les courses italienne (Val Di Fassa) et nord-américaines (Burke dans le Vermont et Whistler au Canada) étant définitivement annulées.


Retrouvez toutes les infos des Ravanel and Co sur le site www.ravanel-mtb.com ou sur la page FB https://www.facebook.com/C.Ravanel/

Il vous y sera également possible de retrouver de magnifiques vidéos des aventures de Cécile Ravanel (exemples : at home et Val d'Issole 2018)

Classé dans
Sport