VTT - Enduro World Series : Antoine Vidal, l’élève dans les roues du maître

30 octobre 2019



Si la couronne mondiale de Cédric Ravanel était une divine et inattendue surprise, le sacre mondial du jeune Antoine Vidal, 18 ans, dans la catégorie U21 (qui regroupe juniors et espoirs, âgés de moins de 21 ans) est encore plus fort.
Parti avec un titre de champion de France juniors, mais avec une simple participation à une manche mondiale – à Finale Ligure lors de la der’ de la saison –, Antoine apprend tellement vite qu’après la manche inaugurale chez les Blacks (2e place), le Dracénois d’origine, Nîmois de résidence lorsqu’il rentre chez papa-maman, mais surtout Montaurousien d’adoption, s’envole dans une Coupe du monde à la “Cécile Ravanel“, dans son style Grand chelem.

Étape des Orres au début de l'été :chez lui, en France, Antoine Vidal empoche un nouveau succès sur le circuit EWS et se rapproche un peu plus encore de la couronne mondiale de la spécialité !

Chute et remise à plat
à Whistler Mountain

Il squatte ainsi la plus haute marche du podium sur quatre rendez-vous d’affilée, chute à Whistler mais termine 4e« une chute finalement salutaire, car elle me remet d’aplomb, sur les bons rails, après peut-être une petite période d’euphorie. Et puis, avec une 4e place, je ne perds pas beaucoup de terrain ». La preuve, Antoine Vidal enchaîne deux succès pour conclure la saison en n°1 mondial.

Et comme Cécile Ravanel, Antoine Vidal ne dédaigne pas aller tâter de la Descente, souvent dans les 10 en qualifs ou en course (Les Gets, Leogan, Fort William…), ou encore la Coupe de France à Brassac avec la 4e place scratch Élite et la victoire de catégorie. Engagé aux championnats du monde juniors sur la piste mythique canadienne de Mont-Sainte-Anne, il enlève les qualifs et glisse une médaille d’argent autour de son cou, seulement devancé par un Australien !

Une campagne
en tout point exemplaire

Lancé par les parents sur le BMX aux Dragons de Tarascon, « j’ai ensuite tâté de la descente pour gouter les sensations et le plaisir. Mais avant tout le fun ». Et s’il a envie d’un challenge à la mesure de celui que tentera probablement très prochainement, aller défier les championnes de la “F1“ du VTT actuel, la DHI !

Et plus tard, une fois sa carrière lancée, voire terminée, Antoine Vidal pourrait bien embrasser à son tour une carrière d’entraîneur, d’éducateur pour transmettre son savoir-faire aux jeunes du club fréjusien. « Il a un très bon état d’esprit, explique Cédric Ravanel, un peu son “papa“ d’adoption à Montauroux. Il n’hésite pas à nous accompagner, Cécile et moi entre autres, sur les entraînements et autres stages pour filer le coup de main. »

Et ça lui sied apparemment. « Oui, ça me plaît, mais j’ai encore le temps. » Avant, il y a sans doute toute une carrière, prometteuse, à accomplir, d’autant qu’il débutera la prochaine saison en figurant sur la liste des athlètes reconnus de haut niveau, avec les facilités financières mais également étudiantes que cela peut apporter, avec aménagements horaires et plus de libertés pour partir aux quatre coins du monde.

Sous la férule de Cédric et Cécile,
il ne peut que progresser

Dans l’arboriculture, Antoine a ainsi « rencontré quelques difficultés pour son stage en entreprise, car le patron, il avait raison, ne pouvait plus compter sur moi une grosse partie de l’année lorsque nous partons en déplacement sur quatre à huit semaines en déplacement ».

Débarrassé de ces soucis “administratifs“, Antoine Vidal deviendra pro à 100 % sur la campagne 2019-2020. Déjà sollicité par de grands teams, « il est encore bien au chaud chez nous, assure avec le sourire en coin Cédric Ravanel. T’inquiètes pas ».

Sous la férue du couple Ravanel, les moyens matériels et financiers du Team professionnel Commençal Vallnord Enduro Team, Antoine Vidal a les meilleures armes à sa disposition, pou devenir l’un des plus grands champions de la planète VTT, Enduro ou autres spécialités…

Ah on a oublié. Accessoirement, Antoine Vidal est devenu vice-champion du monde de descente sur les célèbres lacets de la poste canadienne de Mont-Saint-Anne. Une médaille en plus à accrocher autour du cou (photos © Sven Martin)

Classé dans
Sport