VTT, pétanque, volley : le samedi faste du sport fréjusien !

11 octobre 2020

Pauline Ferrand-Prévot à nouveau championne du monde de VTT XCO (cross-country olympique), le Fréjus International Pétanque qui remporte sa première Coupe de France des clubs, enfin les volleyeurs qui passent un sévère 3-1 à l’une de leur bête noire, le Plessis-Robinson, en ouverture du championnat de Ligue B : le sport fréjusien a vécu un joli samedi et porté haut les couleurs de la cité romaine.


Galanterie oblige, nous entamerons cette galerie d’honneur par la vététiste française, Pauline Ferrand-Prévot. Certes, la désormais triple championne du monde de VTT cross-country (2015, 2019 et 2020) n’est pas licenciée fréjusienne – elle court sous les couleurs du team professionnel Canyon-SRMA Racing –, mais elle n’en est pas moins résidente (quasiment à l’année) de la cité romaine avec son compagnon, un autre illustre champion, lui-même 5 fois champion du monde de la spécialité, Julien Absalon.

Il n’est d’ailleurs pas rare de croiser le couple en sortie d’entraînement dans l’arrière-pays vers les Adrets ou autres pistes de VTT.

En tête de bout en bout !

Samedi, après avoir remporté la 2e (et dernière) épreuve de Coupe du monde la semaine passée à Novo Mesto – elle avait fait 3e de la première course, puis 2e et 3e des short-track, toujours en Répubique Tchèque –, PFP a attaqué dès les premiers virages, une fois reclipsée sa chaussure sur le pédalier, pour s’envoler vers une victoire facile. Au fil des 5 tours et d’1h27 d’épreuve, elle n’a cessé de creuser l’écart pour terminer avec plus de 3’ d’avance.
Quasiment le temps d’aller prendre sa douche et refaire le brushing pour aller chercher son or…

Comme au tableau noir…

Pauline Ferrand-Prévot a sans doute remporté là la victoire la plus aboutie de sa carrière, menant la course à sa guise. « Je voulais partir vite, car je craignais que cela ne soit tendu dans les descentes si nous les abordions en groupe. Ensuite, il me fallait creuser l’écart pour voir venir en cas de chute ou de problème mécanique. » Bref, une course menée comme au tableau noir et une troisième couronne mondiale de la spécialité – rappelons que PFP demeure la seule cycliste féminine à avoir coiffé les couronnes mondiales en VTT, sur route et en cyclo-cross sur une seule saison (2014-2015).

La joie partagée en couple et huit titres mondiaux de VTT XCO se présentent à vous (© photo Red Bull TV)

Le VTT français au sommet,
un jour de Roc d’Azur…

Alors qu’aurait dû se tenir cette semaine le Roc d’Azur, le VTT français a en tout cas prouvé son hégémonie sur la planète, en empochant trois ors mondiaux (PFP en XCO Élite femmes, Jordan Sarrou en XCO Élite masculine, et Loana Lecomte chez les espoirs), et en attendant les finales de descente (DHI) ce dimanche après-midi.


Premier titre pour le FIP !

Dans la cité phocéenne, le Palais des sports accueillait le “Final 8“ de la Coupe de France des clubs. Au programme, quarts, demi et finale avec, pour chaque rencontre, cinq “tête-à-tête“ (TAT), trois doublettes et deux triplettes. Chaque victoire valant deux points en TAT, trois en doublette, cinq en triplette.
À Marseille, et avec sa pléïade de champions (du monde et d’ailleurs), le Fréjus International Pétanque entendait bien satisfaire les pronostiqueurs qui les voyaient remporter sans coup férir (95 % de sondages positifs pour retrouver le FIP au moins en finale, contre 67 % pour Bron, suivant immédiat).

Les Lacroix, Rocher and Co n’ont pas fait mentir ces pronostics, dominant Antibes (16-2) lors de leur entrée en lice en quarts de finale en ne cédant qu’un TAT. En demi-finales, Metz empochera un TAT et une doublette mais s’inclinera 5-16, permettant aux Fréjusiens de se qualifier pour la finale où les attendaient les Girondins de Bassens, faciles vainqueurs de Bron puis de Pau.

Henri Lacroix a bien évidemment contribué au succès du FIP en Coupe de France

Pas des retrouvailles familiales
pour Dylan Rocher

Mais la dernière marche allait s’avérer trop haute pour les joueurs aquitains. Christine Lacroix, Henri Lacroix, Benji Renaud, Dylan Rocher et Ludovic Montoro remportaient leurs TAT respectifs (une défaite pour Stéphane Robineau) et déjà 10-2 pour le FIP à ce stade de la finale. Les succès en doublettes des duos Christine Saunier et Laurent Matraglia, puis Dylan Rocher et Henri Lacroix, scellaient la victoire fréjusienne (16-5), malgré le revers de la doublette Renaud-Robineau et avant même d’avoir à disputer les deux triplettes.

Pas de retrouvailles familiales pour Dylan Rocher contre le club de son père et de sa sœur, Le Mans, mais une Coupe de France et un titre supplémentaire à son palmarès

Pour la petite histoire, on notera dans ce tableau final la première présence du Mans - club Rocher, le club sarthois emmené par Bruno et Mendy Rocher, respectivement père et sœur du champion fréjusien, Dylan, lui-même originaire de ce département. Et si le tirage au sort aura empêché des retrouvailles familiales, Le Mans - club Rocher n’aura pas démérité, s’inclinant d’un petit point (15-16) en quarts de finale devant Pau.


Fréjus met Le Plessis à raison

Après ces excellents résultats glanés dans l’après-midi, l’on attendait dès lors une perf’ des volleyeurs fréjusiens pour leur premier match de championnat de Ligue B, qui les voyait accueillir le Plessis-Robinson VB, contre qui Fréjus n’avait glané qu’un seul petit set en quatre confrontations ces deux dernières saisons.

Mais cette année, le Fréjus Var Volley, fort d’un recrutement très malin avec l’apport de deux gauchers au bras de feu, le pointu Alenxader Szot et l’attaquant Théo Conré, semble avoir franchi un cap. Encore emmenés par un Soané Falafala, homme du match et surtout du 4e set, Fréjus s’est imposé sans coup férir face aux Franciliens, lâchant certes un set (17-25 au 3e), mais empochant les deux premiers (à 22 et 20) et le quatrième (à 19).

Tout juste arrivé à Fréjus mercredi dernier, Pedro Henrique Frances n'a joué que des bribes de match lors de cette belle victoire face au Plessis

En attendant Pedro Frances

La défense et le bloc des troupes de Loïc Geiler aura fait la différence et l’on a hâte de revoir les Fréjusiens – le prochain match à domicile aura lieu le 31 octobre face à l’un des favoris de la Ligue, Saint-Nazaire – et notamment son nouveau central, Pedro Henrique Frances et ses 208 centimètres ! Mais quelque chose nous dit que la Halle Sainte-Croix pourrait à nouveau s’enflammer pour du volley de très haut niveau à Fréjus cette saison !


Foot : l’Étoile ramène un bon point

Enfin, l’on pourra encore signaler le sursaut attendu des footballeurs est-varois qui, après leur élimination en Coupe de France voici une semaine, sont allés chercher un nul important sur le terrain de l’étonnant promu aubagnais (0-0). Une équipe bucco-rhodanienne qui s’était imposée en match de préparation (2-0) à Gallieni en juillet en faisant preuve d’une solide détermination et d’une belle maturité.
Même si cette rencontre aura été la seuls sans buts dans une journée autrement plus prolifique sur les 7 autres terrains avec 34 buts inscrits, soit une moyenne de plus de quatre réalisations par match !

Auteurs d'un bon match nul à Aubagne, Raph' Delvigne et les Étoilistes restent en haut de tableau au championnat

Ce samedi, les Raphaëlo-fréjusiens sont donc allés prendre un point dans la banlieue de Marseille, qui leur permet de rester en haut de classement (2es avec 15 points derrière Martigues, 16 pts). Ils disposent maintenant de deux semaines avant d’affronter Grasse (et Arnaud Buisson), mais suivront avec intérêt la rencontre en retard disputée mercredi entre Martigues, leader, et Toulon, 5e (13 pts).

Classé dans
Sport