Animation

Bal républicain

Cœur historique
14 juillet, oui ! Mais de quelle année ?

Soyons clairs, nous n’allons rien vous apprendre : le 14 juillet 1789, les Parisiens, notamment les artisans et boutiquiers du faubourg Saint-Antoine, ont pris d’assaut la forteresse de la Bastille, alors prison royale, afin de prendre possession de son stock d’armes et de munitions.

Le gouverneur de la prison ordonne alors aux gardes d’ouvrir le feu sur la foule avant de se rendre face à la pression populaire. La prise de la Bastille restera l’un des événements fondateurs de la Révolution française, point de départ de la première chute de la monarchie en France.

Mais un autre 14 juillet permet également de comprendre l’ampleur de cette date dans l’Histoire de la République. Un an plus tard, en 1790, la prise de la Bastille est célébrée à l’occasion d’une grande Fête de la Fédération organisée au Champ-de-Mars, à Paris. Toutes les fédérations locales des gardes nationaux y défilent alors pour célébrer l’union de la Nation, et ce en présence de Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette.

Près d’un siècle plus tard, sous la IIIe République, la loi du 6 juillet 1880 adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale. Le texte législatif, porté par le député Benjamin Raspail, ne donne pas d’explication précise concernant les raisons de ce choix. Les historiens retiendront donc que la fête nationale française commémore la prise de la Bastille ET la Fête de la Fédération.

Mais pourquoi un bal ?

Alors qu’elle rentre du défilé militaire d’un pas cadencé, la brigade des sapeurs-pompiers de Montmartre se fait suivre par un petit groupe de badauds jusqu’à la caserne. Le sergent Cournet demande au colonel Buffet, responsable des lieux, l’autorisation d’ouvrir les portes aux curieux et de poursuivre la fête tous ensemble. Celui-ci accepte. Citoyens et pompiers célèbrent pour la première fois le 14 juillet lors d’un grand bal commun ! Feux de Bengale, démonstrations de gymnastique, simulations de départ de feu… les sapeurs-pompiers mettent le paquet côté animation.

Forte de son succès, l’idée se propage aux autres casernes et aux villes les années suivantes. La guerre de 1939-1945 met en suspens cette tradition, mais, depuis, plus aucun 14 juillet ne se déroule sans bal.

Entrée libre.