Communiqué de presse de David Rachline, Maire de Fréjus : Finances locales, les approximations de l’homme-lige de Valls

26 juin 2018

Dans « Var-Matin » de ce mardi 26, M. Dimon, un des éminents (parce que rares ?)  membres du « Forum Républicain » jouait sentencieusement les Cassandre sur les finances fréjusiennes. 

De la part de celui qui fut l’homme-lige de Manuel Valls, DGS d’Evry puis de la Communauté d’agglomération présidée par ce même Manuel Valls jusqu’en 2012, on pouvait s’attendre à du sérieux.

Et pour cause : tant sur la dette (+276% à Evry entre 2001 et 2012) que sur le personnel (le rapport de la Chambre régionale des comptes sur Evry pointait en 2013 « la situation irrégulière de la durée du travail »), la situation financière de la commune (le même rapport sur Evry dénonçait « le déséquilibre des finances de la collectivité »), ou encore les taux d’imposition (sensiblement augmentés dans les différentes collectivités qu’il a dirigées), l’homme sait visiblement de quoi il parle ! 

Las, les approximations et contre-vérités, véritable marque de fabrique du Forum Républicain, émaillent cette soi-disant « étude ». Petit florilège, chiffres vérifiables à l’appui…

« Les charges à caractère général dérapent significativement ». Faux. Entre 2014 et 2018, ces charges sont passées de 17,1 M€ (compte administratif 2014) à 16,34 M€ (budget supplémentaire 2018). Soit -4,5%. Beau « dérapage » !

« Les charges de personnel sont en progression constante ». Quelle augmentation ? Celle-ci a été au total de 6,3% entre 2014 et 2018, soit en moyenne de 1,5% par an, ce qui correspond à l’augmentation automatique couramment appelée « GVT ». Ce alors même que la Ville a sensiblement renforcé sa police municipale et son dispositif périscolaire.

Et également intégré les salaires des professeurs de l’école de musique comme des animateurs des activités d’été pour les enfants, auparavant gérés par des structures extérieures, le tout pour un montant de 1,27 M€. Soit une évolution de la masse salariale à périmètre constant de 3,3% en cinq ans.  Nous sommes bien loin des 14% enregistrés à Evry entre 2001 et 2006, où officiait M. Dimon…

« Le Maire n’a consacré que 15 millions au désendettement ». Faux, une fois encore. Du fait de la dette abyssale léguée par l’ancienne majorité, la Ville aura remboursé, de 2014 à 2018, pas moins de 47,5 millions de capital de la dette et 24,38 M€ d’intérêts !

Soit plus de 72 millions d’euros de charge de la dette remboursés sur cinq ans. Voilà l’ardoise de la précédente municipalité.

« L’endettement repart à la hausse ». Encore une contre-vérité flagrante. L’endettement était de 143,6 M€ en 2014. Une dette qui, elle, « mettait en péril l’avenir de la collectivité », pour reprendre l’expression de M. Dimon, étrangement bien silencieux sur cette situation.

Depuis 2014, la Ville empruntant chaque année moins que ce qu’elle rembourse, l’endettement a constamment baissé et s’établira à 127,3 M€ fin 2018, soit une baisse de plus de 16 M€.  

En investissement, « la réalisation des projets de la Ville est (…) de 64% en 2017 ».

Encore faut-il savoir de quoi on parle. M. Dimon oublie les « restes à réaliser », correspondant à des actions engagées mais non encore soldées et payées. Comme l’indique le compte administratif 2017, ils représentent plus de 4 M€ en 2017. La prise en compte de cette somme conduit à un taux de réalisation de 88% des projets en 2017.

« La ville ne prépare plus l’avenir des Fréjusiens ». Ha bon ?

Nouvelle Base nautique, futur pôle enfance Sainte-Croix, rénovation totale des rues du centre-ville, nouveaux courts couverts au tennis-club Gallieni-Pascal-Albuixech, préservation et mise en valeur de notre patrimoine historique, nouveaux logements sociaux pour permettre aux Fréjusiens les plus démunis de se loger dignement, mise en œuvre de réelles activités périscolaires encadrées par des animateurs diplômés, rénovation des écoles (climatisation, aires de jeux, informatique…), renforcement de la propreté de la Ville, projets structurants en lieu et place des anciens services techniques pour dynamiser Fréjus en toutes saisons et créer des recettes pérennes, lancement de la ZAC des Sables (véritable serpent de mer des précédentes municipalités), importants travaux de lutte contre les inondations, développement des animations sportives et culturelles pour renforcer l’attractivité de la Ville…. Visiblement, nous n’avons pas la même notion de « préparer l’avenir ».

Concernant les redevances pour prévues pour les projets, « il était impossible que ces redevances soient perçues en 2018 ». Dans le calendrier initial, c’était tout à fait possible.

Ce calendrier a dû être modifié pour des raisons indépendantes de la volonté de la Ville, mais la section de fonctionnement du budget 2018 était et demeure équilibrée sans recourir à cette somme. Enfin, le budget supplémentaire est équilibré là encore sans y recourir. 

La liste serait encore longue. Mais chacun aura bien compris que la volonté politicienne du Forum Républicain et de ses Cassandre n’a que faire de la réalité.

Ce qui en dit long sur la confiance à lui accorder… 

 

Classé dans
Actualité générale