Label 3 fleurs et un prix spécial pour Fréjus en 2020 !

12 janvier 2020

La Municipalité de Fréjus s’est pleinement engagée pour que la gestion des espaces verts, associée à toutes les actions en faveur de l’amélioration du cadre de vie (mobilier, éclairage, signalétique…) soit assurée dans le plus grand respect de l’environnement et des ressources naturelles.

Et cette politique porte ses fruits !

Le 19 septembre 2019, le jury régional du Label Villes et villages fleuris « Qualité de vie » en Provence-Alpes-Côte d’Azur est venu évaluer le fleurissement de Fréjus.

 

La mise en valeur des parcs (175 ha), l’entretien des espaces verts, la valorisation du jardin bouquetier, la mise en place de jardins partagés et éducatifs, la création des cœurs d’îlots de Port-Fréjus ont été pris en compte mais pas seulement. La protection des palmiers et la taille douce des platanes, l’aménagement de pistes cyclables, la préservation des végétaux protégés, telle la Canne de Fréjus, le nouvel observatoire des étangs de Villepey, la coulée verte… c’est en effet, tout un ensemble d’actions environnementales contribuant à améliorer la qualité de vie des Fréjusiens  qui ont mené le jury à la décision de maintenir le « Label 3 fleurs » Villes et villages fleuris à Fréjus pour 2020.

Parallèlement, les membres du jury, convaincus par la politique de restauration des monuments fréjusiens, ont décidé d’attribuer le « Prix spécial régional pour la mise en valeur du patrimoine archéologique », prix attribué dans le cadre d’une politique équilibrée de protection de l’environnement et d’attractivité touristique au service du développement durable et de l’économie régionale.

Selon Pierre Excoffon, archéologue de la Ville, « ce "prix spécial" démontre bien que la conservation de grands ensembles patrimoniaux à Fréjus va nécessairement de pair avec la préservation d'espaces consacrés au développement du végétal ! »

 

Le patrimoine antique

Avec ses 29 sites protégés au titre des monuments historiques, Fréjus offre une parure monumentale. En 2019, les arches de Sainte-Croix ont fait l’objet de restauration ainsi que les remparts modernes dont les travaux devraient s’achever en 2020.

A proximité du centre-ville, dominant ce qui fut le port de Forum Iulii, se nichent les vestiges d’une ancienne villa romaine. La rendre facilement accessible au public dans le cadre d’un cheminement « vert », ou « coulée verte » tel est l’objectif des travaux de mise en valeur de cette « plate-forme romaine »  (9500 m2) qui ont commencé en 2019 et s’étaleront jusqu’en 2024. En 2019, les travaux du parc urbain, jouxtant les nouveaux logements du site Pourcin, ont commencé. Ce projet offrira aux Fréjusiens un  nouveau site de promenade et de découverte patrimoniale.

Quelques exemples d’actions menées sur Fréjus

Un entretien raisonné des plages

La ville de Fréjus a fait le choix de réaliser un nettoyage raisonné de ses plages. Ainsi, l'hiver, pour les secteurs dits "naturels", le nettoyage se veut raisonné, c'est-à-dire que seuls les déchets d'origine humaine sont ramassés comme les bouteilles, les plastiques, les mégots de cigarettes, les canettes, les cartons d’emballage, tout en laissant sur place le bois mort échoué et la végétation.

Précieuse «  laisse de mer »
La mer apporte des éléments naturels sur la plage qui sont du bois flotté, des coquillages, des débris d’animaux et de végétaux. Les branches de bois et les coquillages ne sont pas des déchets ! Ces dépôts composent la laisse de mer qui constitue un milieu précieux, protégé au niveau européen.

La gestion différenciée des espaces verts

Les espaces verts sont classés en différentes catégories d’entretien auxquelles sont associés des plannings spécifiques.

L’inventaire précis des espaces verts sur la base de données géographiques de la ville est en cours. Celui-ci répertorie les données concernant les arbres (genre, espèce, hauteur, circonférence, état sanitaire, valeur de remplacement,…), les « aires vertes » (nature : massif fleuri, pelouse, haie, massif arbustif, circulation, prairie, délaissé et leurs surfaces associées, prestataire,…), les réseaux d’arrosage (numéros compteurs, types d’arrosage, arroseurs, canalisations, consommations, surfaces arrosées…). Il permettra, à terme, de mieux maîtriser les coûts d’entretien.

La gestion de l’eau

La gestion de l’eau passe par le choix de plantes méditerranéennes, l’utilisation des techniques d’irrigation localisée et de paillage. Ces paillages sont essentiellement en pouzzolane (roche naturelle constituée par des scories (projections) volcaniques basaltiques ou de composition proche.

L’utilisation des graviers concassés des carrières locales est peu répandue du fait des difficultés de mise en œuvre dues au poids des matériaux. Enfin, le BRF(bois raméal fragmenté)  issu des tailles de platanes est récupéré sur certains sites (ex : Base nature). Le service « arrosage » de laDirection des interventions techniques travaille en étroite collaboration avec une Econome de flux. Plus réactif en cas de précipitations ou pour les réparations de fuites, celui-ci a permis de réduire considérablement les consommations et de mettre en application les mesures de restriction tout en assurant la pérennité des plantations d’arbres et arbustes.

Les  arrosages sont déclenchés la nuit et dans la mesure du possible entre 3h et 5h du matin. Cette tranche horaire a également permis de limiter les dégâts dus au vandalisme.

Les nouvelles réalisations privilégient les alimentations en eau brute du Canal de Provence qui sert également à remplir les citernes. Leurs systèmes de programmation permettront à court terme la gestion centralisée sur les secteurs principaux.

 

La réduction des désherbants

Depuis 2011, le « zéro phyto » a été instauré dans les marchés d’entretien des écoles pour des raisons de sécurité des enfants.

Fin 2014, cette politique a été étendue aux espaces verts entretenus par les entreprises, soit plus de 70% des surfaces plantées. De même, les engrais chimiques ont été remplacés à plus de 80% par des engrais organiques.

Depuis 2018, le glyphosathe n’est plus utilisé sur la commune.

 

Préservation des palmiers

Fréjus compte près de 2000 palmiers implantés sur le domaine public et dans tous les quartiers. Consciente de l’importance de ce patrimoine constitué depuis plusieurs dizaines d’années, la municipalité lui porte une attention toute particulière. Des mesures sont donc mises en oeuvre par la Ville pour protéger ses palmiers.

La Ville bénéficie de toutes les informations relatives à l’avancée des recherches et aux dernières méthodes de lutte. Une cartographie des foyers (publics et privés) a été réalisée par le service des informations géographiques et est régulièrement mise à jour. Les agents des services municipaux ont été formés à la reconnaissance des symptômes caractérisant ces ravageurs. Depuis 2010, des campagnes de traitements ont été mises en œuvre. Ceux-ci n’ont cessé d’évoluer et les résultats sont très encourageants puisque le taux d'échecs constaté est aujourd'hui inférieur à 2% sur les palmiers traités de Fréjus, alors qu'il est de plus de 15% dans  d'autres communes, certaines collectivités ayant déjà perdu la moitié de leurs palmiers Phoenix depuis 2010. 

 Sauvegarde des espèces végétales protégées

 Canne de Fréjus

Identifiée comme nouvelle espèce de canne en 2012, l’Arundo donaciformis, confère à Fréjus une grande responsabilité en matière de conservation car près de 80% de cette espèce sont concentrés sur son territoire. On la trouve en milieu urbain et dans les milieux naturels (pinèdes et lagunes et dunes de Villepey). A la fois vulnérable (urbanisation et arrachage sauvage) et résistante, l’Arundo donaciformis est un élément de l’identité de Fréjus.

Une collaboration entre le Conservatoire Etudes et Ecosystèmes  de Provence, la Ville de Fréjus et la CAVEM (Communauté d’agglomération Var-Estérel) mobilise les services environnement des collectivités sur un projet de plan de conservation de cette espèce végétale protégée endémique à Fréjus. La protection de cette espèce, du fait de sa présence en milieu urbain, passe par de nombreuses actions de sensibilisation, d’information, de gestion conservatoire et patrimoniale.

Muflier tortueux 

Repérée dès le milieu du XIXème siècle, sur les murailles romaines fréjusiennes, cette espèce orne les murs antiques, les bâtiments anciens et maisons de village dans le périmètre du Centre historique. Un recensement exhaustif est en cours. Outre la responsabilité de la commune en matière de préservation de la biodiversité, il faut noter l’intérêt esthétique et patrimonial de cette espèce qui, naturellement, contribue au fleurissement de la ville.

La préservation de la biodiversité

Le très riche patrimoine végétal des abords de la Villa Aurélienne est peu connu des Fréjusiens. Un jardin botanique, centré sur les espèces méditerranéennes locales a donc été créé à cette fin. Ce projet s’appuie sur les compétences d’un botaniste recruté par la Ville, qui, après avoir réalisé un inventaire botanique exhaustif, s’attache à étiqueter les plantes et faire connaître ces richesses végétales au grand public.

 

 

La transmission du savoir

Plusieurs fois dans l’année, des manifestations faisant le lien entre le végétal et l’humain ont lieu, telle la Fête des plantes qui se déroule chaque année au mois d’avril dans le parc de la Villa Aurélienne, où la Ville met en place un atelier de rempotage pour la jeune génération.

Certains sites, comme la Villa Marie ou la Villa Aurélienne, accueillent des activités scolaires et périscolaires, avec pour objectif la découverte de la flore et de la faune des jardins. Des thématiques sont alors abordées pour que cette génération reparte avec une belle ouverture d’esprit et un respect pour le monde végétal (ex : fabrication d’un hôtel à insectes ou observation des ruches).

 

Jardins éducatifs et intergénérationnels

Des jardins pédagogiques ont été créés dans 14 écoles afin de sensibiliser les enfants à une alimentation responsable et de qualité, à l’acte de consommation alimentaire, les éveiller au goût des produits, les initier au jardinage et à l’horticulture. Le tout dans une démarche ludique et éducative.

Ces jardins sont suivis par des agents municipaux. D’autres jardins « intergénérationnels » tels depuis 2017 les jardins au CCAS, ou bien les jardins partagés depuis 2018. Des rendez-vous aux jardins sont également organisés chaque année sur différents sites et animés sous forme de visites guidées.

 

Jardins partagés

En novembre 2018, dans le quartier de Villeneuve, la Ville a mis à disposition des Fréjusiens, dépourvus de terrain et qui souhaitent s’adonner au jardinage, un terrain de 2200 m2, divisé en 24 parcelles  de 60 m2. Les personnes qui se sont inscrites se sont regroupées en association,« Lou Cigaloun » présidée par Camille Ouerfelli-Desvaux.

Une parcelle est devenue le jardin pédagogique réservé aux enfants de la maternelle de Villeneuve qui jouxte le terrain. Une parcelle à but thérapeutique a été attribuée à une association en direction des personnes handicapées. Une autre parcelle commune et permet d’y planter pommes de terre et courgettes.

Parmi ces parcelles, l’une d’entre elles est cultivée par les résidents des EHPAD Korian Aubier de Cybèle et Rives d’Estérel et même si la moyenne d’âge est élevée, la transmission intergénérationnelle sera assurée par d’anciens cultivateurs.

Chantiers de jeunes

Depuis 2018, La Direction de l'Action Culturelle et du Patrimoine de la Ville organise, en partenariat avec les associations "Club Fun Valley Ossau" et APS, des "Chantiers de jeunes", composés de collégiens et lycéens fréjusiens, de 13 à 17 ans. Ils investissent les 400 m2du Jardin bouquetier, créé en 1891, afin de lui rendre sa splendeur horticole d'antan. 

Au cours de ces journées, encadrés par l'Association, ils réalisent de nombreuses actions de "patrimoine environnemental", liées à la revalorisation du site, en nettoyant, débroussaillant et restructurant le jardin, en consolidant des murets de pierres, en participant à la réfection de cheminements en calades (pavés ou pierres) et en créant du mobilier à l’aide de matériaux naturels. 

Ce dispositif s'inscrit pleinement dans la volonté de la Ville de Fréjus de développer des actions d’Éducation Artistique et Culturelle.

Ilpermet notamment de sensibiliser les adolescents à la mise en valeur du patrimoine de Fréjus,de permettre à la jeunesse de Fréjus d'être valorisée par la création et l'entretien du Jardin,de favoriser la socialisation des adolescents par l'apprentissage du travail en équipe,de les former à l'éco-citoyenneté, de renforcer l'identité territoriale et patrimoniale dans l'esprit du développement durable, de rendre accessible à la population locale le Jardin bouquetier pour la découverte des essences florales et horticoles et de créer ultérieurement des jardins participatifs avec le jeune public ainsi que des espaces dédiés à des animations culturelles, telles des siestes littéraires et musicales. 

Ce dispositif pourra être reconduit sur plusieurs années afin d'augmenter l'attractivité pour le public avec la création de panneaux des espèces végétales plantées, la réfection de calades, l'implantation de balises pour courses d'orientation ou bien encore l'aménagement de lieux de partage et d’un parcours sportif. 

Classé dans
Actualité générale