Lutte contre le harcèlement scolaire : La brigade cynophile s’invite à l’école Via Aurelia

18 décembre 2020

En ce dernier vendredi de décembre avant les vacances de fin d’année, les élèves de l’école élémentaire Via Aurelia ont eu la belle surprise d’accueillir deux invités peu ordinaires : Gamin, un berger malinois, et Rupter, un berger… hollandais cette fois. Deux chiens de la brigade canine de Fréjus, accompagnés de leur maître, le brigadier de police municipale Anthony Guignon, et venus présenter leur “job“ au sein de la police.

« Je pense qu’en valorisant le rôle de prévention de la police, il peut être possible d’améliorer les relations police-population, et cela commence dès l’enfance », explique Valérie Dujardin, brigadier-chef au sein de la Police municipale. C’est dans cette optique qu’elle organise depuis quelques années des opérations sur le thème du harcèlement et cyber-harcèlement dans les écoles fréjusiennes. L’intervention de ce vendredi consistait à mettre en avant le métier de maître-chien, ou agent cynophile, « pour clôturer en beauté toutes ces manifestations ».

Quand le chien et son maître
ne font qu’un…

« Le chien que vous voyez, c’est Gamin. C’est mon binôme, le chien et le policier avec qui je travaille tous les jours depuis maintenant 6 ans », présente le brigadier Guignon. Gamin et son maître sont principalement chargés de patrouiller pour assurer la sécurité. « La mission principale de la police, c’est avant tout de sauver les gens », s’exclame Valérie Dujardin. Ce à quoi ajoute Anthony Guignon, « notre devise à nous, c’est protéger et servir. On protège les gens et on aide la population, c’est le plus important ».

Mais comment un chien devient-il policier ? C’est le brigadier Guignon qui est chargé de répondre. « On récupère ces chiens “tout bébé“ et on les entraîne pour devenir des chiens policiers. Ils vont à l’école, apprennent et au fur et à mesure, ils montent en grade comme vous quand vous changez de classe. » Une fois qu’ils ont terminé leur apprentissage, ils sont aptes à chercher soit de la drogue, soit des armes, soit des gens, grâce à leur flair et leur odorat. Il s’agit avant tout d’une relation de confiance et de complicité entre le maître et son chien. Celui-ci doit obéir au doigt et à l’œil du policier pour pouvoir assurer son rôle. « Ils ont ensuite un matricule et sont enregistrés comme policiers, comme nous. »

Au service de la population

À la police municipale de Fréjus, il y a 8 chiens pour 5 maîtres-chiens. Si Gamin, 7 ans et demi, va bientôt prendre sa retraite, on peut d’ores et déjà compter sur Rupter, 3 mois, pour prendre le relais au sein de la PM de Fréjus. En plein apprentissage, il atteindra son grade de policier dans un an et demi. « L’année prochaine, il aura son uniforme, sa muselière, et il pourra aller au travail », annonce fièrement le brigadier Guignon.
Sous les yeux médusés des enfants, il commence un exemple d’entraînement avec son bébé berger hollandais. Le chien obéit parfaitement aux ordres donnés par le brigadier… avec l’aide de quelques bouts de saucisse cachés dans sa main !

Après la présentation des chiens, vient celle du matériel d’entraînement utilisé par la brigade cynophile. Gilet pare-balle, menottes, tonfa – bâton de défense – ou encore casque, tout l’équipement est expliqué et montré aux élèves.

L’intervention se termine enfin par la projection d’une petite vidéo, réalisée lors d’un forum des métiers de la sécurité. Les enfants ont pu visionner des démonstrations de contrôle d’individus par les chiens de la police municipale de Fréjus, à la Base nature. Une vidéo qui a suscité des « oh » et des « ah » d’admiration des élèves, impressionnés par les prestations de nos compagnons à 4 pattes…

Classé dans
Actualité générale