Les palmiers de Fréjus, sur le domaine public ou chez des particuliers, sont menacés par des ravageurs redoutables tels le papillon Paysandisia archon ou le charançon Rynchophorus ferrugineus plus connu sous le nom de charançon rouge.

Lutte contre les ravageurs :
la ville en actions

Fréjus compte près de 2000 palmiers implantés sur le domaine public dans tous les quartiers.
Pour lutter efficacement contre les ravageurs qui les menacent, la ville de Fréjus, via sa Direction des Interventions techniques, travaille en étroite collaboration avec la Fédération Régionale de la Défense contre les Organismes Nuisibles (F.R.E.D.O.N.) du Var. Dans ce cadre, ses techniciens inspectent chaque année plusieurs centaines de palmiers du domaine communal, et les agents des services municipaux ont été formés à la reconnaissance des symptômes caractérisant ces ravageurs.

Fréjus fait également partie de la « Cellule de veille » qui regroupe autour des organismes officiels, des chercheurs, des pépiniéristes et professionnels des espaces verts, ainsi que de nombreuses collectivités. Elle bénéficie ainsi de toutes informations relatives à la répartition des éventuels foyers de ravageurs dans la région, mais aussi à l’avancée des recherches et aux dernières méthodes de lutte.

Ainsi, en 2010, dès leur mise sur le marché, la ville a fait le choix de produits efficaces et respectueux de l’environnement pour mener ses campagnes de traitement des palmiers communaux. Elle a aussi veillé à ce que soient intégrées, dans les cahiers des charges de ses marchés d’entretien des arbres (taille, traitement, etc.), des prestations spécifiques à la lutte contre ces ravageurs faisant appel à des prestataires agréés par le Service Régional de l’Alimentation (SRAL).
Une cartographie des foyers a été réalisée et est régulièrement mise à jour par le service des informations géographiques. Celle-ci délimite les zones de lutte obligatoire définies autour des foyers.

En 2014, un comité de pilotage régional a été créé et un représentant de la ville participe au groupe de travail des collectivités engagées dans ce combat contre les ravageurs des palmiers.
En effet, malgré tous les moyens mis en oeuvre, l’épidémie continue de progresser et la mobilisation est plus que jamais nécessaire.

Le charançon rouge, le plus redoutable des ravageurs

En 2008, 25 pièges à charaniçons ont été répartis sur le territoire communal. Les premières captures ont été enregistrées fin 2011 dans 5 pièges. Début 2015, plus de 200 phoenix privés et publics ont été infestés au total.
Conformément à la réglementation, ces foyers ont été déclarés au Service Régional de l’Alimentation (SRAL) et les propriétaires ont été mis en demeure de les éliminer.
La vigilance reste de mise.


Renseignements

Mairie de Fréjus, Espaces verts
Tél. 04 94 51 91 05

F.R.E.D.O.N. du Var – Tél. 04 94 35 22 84
www.fredonpaca.fr

S.R.A.L. PACA – Tél. 04 94 01 42 05
http://draaf.paca.agriculture.gouv.fr/Le-Charancon-Rouge-du-Palmier-en

CAVEM – Tél. 04 94 19 68 51
http://www.cavem.fr/lutte-contre-les-nuisibles/charancons-rouges-du-palmier-850.html


Ce qu’il faut savoir

La réglementation relative à la lutte contre le charançon rouge (arrêté ministériel du 21 juillet 2010) impose la déclaration du foyer :
• auprès du Service Régional de l’Alimentation (SRAL) ;
• auprès de la Mairie de votre domicile qui transmettra le signalement.

Ce que vous devez faire

EN PRÉVENTIF par un prestataire de service agréé (obligatoire sur l’ensemble du territoire de la commune) :

Stratégie n°1

• du 1er mars au 30 juin : 5 applications d’une préparation de nématodes entomopathogènes espacées de 21 jours ;
• du 1er juillet au 31 août : 2 applications de traitements insecticides à base d’imidaclopride espacées de 21 jours à 1 mois ;
• du 1er septembre au 15 novembre : 5 applications d’une préparation de nématodes entomopathogènes espacées de 21 jours.

Stratégie n°2

• du 1er mars au 30 juin : 4 applications de traitements insecticides à base d’imidaclopride espacées de 21 jours à 1 mois, ou une alternance d’applications d’une préparation de nématodes entomopathogènes et de traitements insecticides à base d’imidaclopride espacées de 21 jours à 1 mois ;
• du 1er juillet au 31 août : aucune application de traitement ne sera effectuée sur cette période ;
• du 1er septembre au 15 novembre : 4 applications de traitements insecticides espacées de 21 jours à 1 mois, ou une alternance d’applications d’une préparation de nématodes entomopathogènes et de traitements insecticides à base d’imidaclopride espacées de 21 jours à 1 mois.

Stratégie n°3

Traitement une fois par an, en période printanière (du 1er mars au 30 juin), ou en période automnale (du 1er septembre au 15 novembre), à l’aide d’un produit phytopharmaceutique insecticide injectable dans le stipe du palmier à base de benzoate d’émamectine.
N.B : Par arrêté modificatif du 20 mars 2012, le gouvernement a également autorisé à titre expérimental sur l’agglomération de Fréjus – Saint-Raphaël, une méthode par injection quatre fois par an d’un produit phytopharmaceutique insecticide injectable dans le stipe du palmier à base d’imidaclopride.

 

EN CURATIF : après avoir déclaré le foyer, il convient de s’adresser à un professionnel agréé par le SRAL (liste disponible sur le site internet du SRAL), qui proposera des solutions adaptées à l’importance de l’attaque.

Le papillon paysandisia arcgon,
redoutable mais moins robuste

Repéré depuis 2006 sur le territoire communal, ce papillon, moins redouté que le charançon mais dont les attaques nombreuses ne sont pas moins spectaculaires, ne fait pas l’objet d’un arrêté de lutte obligatoire. Il n’en représente pas moins une menace à prendre au sérieux.

Ce que vous pouvez faire

En préventif et curatif

• Traiter le cœur des palmiers une fois par mois, d’avril à octobre, avec un bio-insecticide à base de nématodes entomopathogènes de type Steinernema carpocapsae en vente libre dans les jardineries spécialisées (sauf en juillet et août où seuls les traitements chimiques sont efficaces) ;
• Faire traiter par un prestataire de service agrémenté pour l’application de produits phytopharmaceutiques avec un insecticide à base de spinosad aux doses homologuées, soit 2 interventions entre juin et septembre.

Pour plus de précisions, téléchargez la plaquette

Télécharger la fiche de signalement